Biographie du Bienheureux Père Louis Marie MONTI Apôtre de la Charité

Publié le Mis à jour le

 

Père Luigi Maria Monti
Père Luigi Maria Monti Fondateur de la Congrégation des Fils de l’Immaculée Conception, cfic.

Résumé

De son vrai nom Luigi Maria MONTI est de nationalité italienne, né le 24/07/1825 à Bovisio (Milan) et mort le 01/10/1900 à Saronno (Maison Mère). Il est religieux laïc – Fondateur de la Congrégation des Fils de l’Immaculée Conception (CFIC ou Pères Conceptionnistes). Mais appelé Père par vénération. Ce dernier ému ses vœux en 1846 (chasteté, obéissance) entre les bonnes mains de son directeur spirituel, en la personne du Don « Luigi Dossi », et, sur la suggestion de celui-ci, il fonda ladite congrégation pour servir les infirmes. En la date du 09/11/2003 à Rome (Piazza San Pietro, cité du Vatican) fut Béatifié par le Pape Saint Jean Paul II. Sa fête liturgique est célébrée chaque 1er octobre de l’an.

Aperçu historique

Comme avons déjà dit, le Bienheureux Luigi Maria Monti est né en 1825 à Bovisio dans le diocèse de Milan-Italie. Il resta orphelin de père à l’âge de 12 ans, il se fait artisan ébéniste comme son père en vue de subvenir aux besoins de sa mère et de ses nombreux petits frères et sœurs. Jeune homme ardent et pleine de potentialités, il réussit à réunir artisans et paysans de son âge, le soir, dans sa boutique. Il nomma ce groupe des jeunes Compagnie du Sacré-Cœur de Jésus. Les villageois quant à eux les appelaient la Compagnie des frères. Ces jeunes se dévouèrent affectueusement au service des pauvres et des malades.

En l’an 1846, Monti se veut religieux et se consacra dès lors par des vœux privés comme signalé en résumé entre les mains de son directeur spirituel, don Luigi Dossi. Peu après ce jeune de 21 ans rencontra des oppositions et calomnies auprès des gens de son village, et voire- même de la part de son curé. Monti conduit par son directeur spirituel toquèrent la parte des “Fils de Marie Immaculée” la famille religieuse fondée par le Bienheureux Ludovico Pavoni . Là, Luigi Monti y resta six ans comme novice, longue période de transition où il se pénétra de la spiritualité de don Pavoni, lequel regroupe dans sa Congrégation des “frères ouvriers”, chargés de la formation d’enfants, tous étant réunis dans le cadre d’une “sainte famille”.

Cependant Monti à 32 ans, il n’avait pas encore trouvé sa voie propre. Il écrira plus tard : « Je passais des heures devant Jésus Sacrement, mais elles étaient toutes sans une goutte de rosée céleste ; mon cœur restait aride, froid, insensible. J’étais sur le point de tout abandonner lorsque, me trouvant dans ma chambre, j’entendis une voix intérieure claire et distincte qui me dit : “Luigi, va dans le chœur de l’église, et expose de nouveau tes tribulations à Jésus Sacrement”. Je prêtai l’oreille à cette inspiration et me pressai de l’exécuter. Je m’agenouillai et peu après – quelle merveille ! – je vis deux personnages à l’apparence humaine. Je les connaissais. C’était Jésus et sa Mère Très Sainte, qui s’approchèrent de moi et à voix haute me dirent : “Luigi, tu auras encore beaucoup à souffrir ; tu rencontreras bien d’autres grands défis. Reste fort ; tu sortiras vainqueur de tout ; notre aide puissante ne te manquera jamais. Continue sur la voie où tu t’es engagé.” » Fortifié par son directeur spirituel don Luigi Dossi, Monti accepta enfin le dessein de Dieu et fonda à Rome une congrégation au service des infirmes en honneur de la Vierge Marie sous le titre de la“Congrégation des Fils de l’Immaculée Conception”. C’était à l’hôpital Santo Spirito (Rome).

Les Capucins qui assuraient l’aumônerie de l’hôpital Santo Spirito en ce temps-là, créèrent une association de tertiaires de Saint François pour l’assistance des malades. Humblement, l’Apôtre de la Charité Luigi Monti demanda cependant, à être dans l’équipe et on l’emploie comme simple aide infirmier. Mais sa propre congrégation grandissait. En 1877 dans l’unanimité des frères, le bienheureux Pape Pie IX lui donna pleinement la tête (responsabilité) de sa congrégation et y demeurera vingt-trois ans, jusqu’à sa mort en 1900.

Dans cette nouvelle famille religieuse tous les membres sont appelés frères qu’ils soient prêtres ou non. Et l’esprit de famille anime tous les frères. Avec eux, Luigi se dévoua totalement et énergiquement au service des malades, particulièrement à l’occasion d’épidémies ou de guerre. En 1882, ému par la condition inadéquate des orphelins et des enfants abandonnés, il ouvra pour ces derniers un Foyer à Saronno, encore opératif jusqu’à nos jours. Selon Monti, l’éducateur doit vivre au milieu d’eux comme un père et un guide, de façon à former avec eux une vie de seule famille, battue sur les vertus de la sainte famille de Joseph, Marie et Jésus. Les enfants et les jeunes doivent donc recevoir une formation humaine et chrétienne solide et digne.

L’œuvre de l’Apôtre de la Charité se solidifia par sa foi vivante qui l’animait et par sa prière intense et constante. Le Fondateur s’inspirait toujours et constamment de l’exemple de la Sainte Vierge Marie. L’héritage qu’il laissa à ses fils est « un esprit de charité vers les pauvres et les indigents, en particulier au service des malades et des orphelins, et en veillant à la formation des jeunes », tout en ayant une dévotion particulière en la Mère de Jésus.

                                                                                                                                               Musampa Gilbert Kalonji

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s